Pour quelles raisons ceux qui font de bonnes choses les font-ils pour une raison autre que parce que c’est la bonne chose?

Ce n’est pas seulement «faire» la bonne chose qui apporte des récompenses à celui qui «fait du bien». Pour moi, les autres motivations incluent également: perfectionner mon discernement, améliorer mes connaissances et mes compétences, et sentir que, parce que j’utilise mes meilleures capacités et ma persévérance pour faire la différence, j’ai créé des ondulations dans l’univers.

J’ai donc vaincu la timidité et la peur de parler en public en me faisant élire comme représentant de section de ma classe de droit de première année. J’ai formé ma voix et mes capacités d’expression expressives tout en enregistrant la voix de manuels pour l’Institut Braille. J’ai utilisé la «présence» que j’ai acquise grâce à la pratique vocale et à la parole en public pour apprendre à lire aux enfants ayant des troubles d’apprentissage.

En travaillant comme avocat spécialisé en éducation, j’ai appris que les enfants qui gagnaient des heures de «ressources» continuaient à prendre encore plus de retard. Je me demandais pourquoi. J’ai passé deux ans à rechercher des méthodes d’apprentissage «validées par la recherche» et je me suis demandé pourquoi ces programmes ne fonctionnaient pas si ces programmes étaient utilisés dans des salles de ressources à travers le pays.

J’ai utilisé mes compétences, mes connaissances et mes recherches pour trouver ce qui fonctionne. Donc, pendant que je fais du bon travail, j’apprends. Mes capacités d’enseignement ont été améliorées par la pratique et l’application.

Un lycéen très maigre à la peau tachetée a été envoyé par son lycée car il n’apprenait pas et était tellement harcelé et battu qu’il ne regardait que le sol. Sa maîtrise de la lecture était lente mais régulière. Il avait cinq ans de moins que son niveau scolaire dans ses compétences en alphabétisme. Son orthographe et sa compréhension étaient catastrophiques. Il attrapa le crayon comme s’il s’agissait d’une arme. Il n’a jamais dit un mot supplémentaire et a toujours évité le contact visuel.

Je savais quoi faire et comment l’approcher, comme un quart peut sentir ce que son équipe peut, ne peut pas et va faire.

Deux ans plus tard, après être venu 2 à 4 heures 4 fois par semaine pour un apprentissage 1: 1, il était un garçon différent. N’étant plus victime d’intimidation, il établissait un contact visuel approprié, souriant, saluant, travaillant avec détermination, enthousiasme et confort, à tel point que son ancien moi n’était pas évident. Ses compétences se sont améliorées et il a reçu son amélioration en le remarquant et en étant fier de ses propres succès. On a prouvé que tous ses soi-disant diagnostics étaient erronés. Ou peut-être n’étaient-ils qu’une photo statique de qui il était, alors.

J’ai appris que la motivation est la clé des efforts humains. Et je ne crois jamais que les diagnostics médicaux ou éducatifs soient infaillibles. Et, même s’ils sont corrects, il y a toujours la capacité d’en apprendre plus, ce qui provient de la motivation et de la souplesse et de la rigueur de l’enseignement.

C’est une longue réponse destinée à démontrer que faire du bon travail n’est que le début des nombreuses récompenses de créer des ondulations dans l’univers en changeant le monde que vivent les autres.

La métaphore de l’étoile de mer peut être instructive ici. En marchant le long du rivage, elle remarque plusieurs milliers d’étoiles de mer en train de mourir faute d’eau. Alors elle se penche et en prend un, le jette à la mer et lui sauve la vie.

«Il y en a des millions ici, dit son amie. Vous ne ferez guère de différence.

“Bien” dit-elle, “j’ai fait une différence pour celui-ci” et elle l’a jeté à la mer.

… Je veux creuser une tranchée pour que l’eau entre et les sauve tous. Mais un à un, cela aide aussi. Et apprendre à utiliser une machine pour creuser une tranchée est une compétence que j’apprendrais si je sauvais des étoiles de mer.

Au lieu d’étoile de mer, je me concentre sur les étudiants handicapés et leur alphabétisation.

Mes techniques s’améliorent tout le temps.

Pour moi, athée…
La motivation est simple, c’est amusant de commettre des actes de bonté au hasard. Aussi, je suis à mon meilleur, émotionnellement, quand j’aide les autres.

Certains prétendent maintenant que ce sont des motivations intrinsèquement égoïstes (dues à une réponse dopaminergique), mais je m’en fiche… ça fait du bien.

Peut-être est-ce motivé par l’égoïsme, peut-être par une émotion, peut-être par l’empathie et le sentiment que je pourrais facilement être “à leur place”.

Tout ce qui compte pour moi, j’apprécie simplement (et avec gratitude) le processus de partage… du savoir, de la nourriture ou de la compassion.

Parfois, faire la bonne chose, c’est aussi faire la bonne chose pour vous. Par exemple, supposons que vous êtes Usain Bolt. Ensuite, vous pourriez vous entraîner tous les jours pour gagner le concours, mais ce serait peut-être la meilleure chose à faire pour vous, car c’est la meilleure utilisation de vos compétences! Les deux coïncident.

Il est donc inutile de discuter de la raison pour laquelle vous faites la bonne chose, à moins que cela ne vous nuit. Dans ce cas, vous le faites parce que vous avez calculé que c’était la chose la plus éthique à faire. Les calculs pour l’éthique sont lointains et étranges et, finalement, ils ont envie de parler à une autre créature impersonnelle qui comprend le bien et le mal, et vous donne en quelque sorte des instructions sur ce qu’il faut faire.

Mais c’est toujours une collection d’options et vous pouvez choisir de faire la deuxième meilleure chose, car la meilleure chose est avec moins d’argent, ou moins de plaisirs matériels, ou quelque chose comme ça. Mais il n’est pas clair que la meilleure chose soit vraiment la meilleure, ce n’est pas comme si vous êtes omniscient, vous avez juste un sens du bien et du mal, votre sens est faible comparé au vrai et au faux. Mais la motivation est toujours un mélange d’égoïste et d’altruiste, et seul le degré de divergence des intérêts personnels mesure la qualité de l’action.

Cela peut être n’importe quel nombre de motivations:

1) pression / mœurs de la société
2) être utile, utile: une des nombreuses récompenses possibles pour l’acteur
3) croyance au karma ou au paradis ou à la réincarnation
4) pour sauver la face, ressembler à une morale
Ou bonne personne
5) devoir / obligation

Parce que cela les fait se sentir bien dans leur peau.